ABBAYE DE LA CRETE

abbaye sistercienne de la crete A Bourdons sur Rognon, en contrebas de la butte boisée du Châtelet, se dresse l'ancien couvent de la Purification de Notre Dame, ou abbaye de La Crête. Son nom La Crête, en latin Christa, vient du mot Christ. Fondée en 1121 par les seigneurs de Clefmont, elle fut dévastée par les Suédois et reconstruite au XVIII è siècle, puis à nouveau détruite en partie en 1792, date à laquelle les quelques maisons bâties près du monastère formèrent le village de La Crête qui n'existe plus aujourd'hui. Ce hameau était parait-il au commencement, au XII ième siècle une espèce d'ermitage ou de prieuré, où les religieux essayèrent d'abord de s'établir vers 1118, à leur départ de Morimond. Mais rien ne prouve qu'il y ait eut en ce lieu, comme plusieurs l'ont avancé, un ancien couvent de Hiéronymites, bâti par St Fulgence, disciple de St Jérôme. C'est une pure fiction inventée par quelques moines de La Crête. Le site actuel de l'abbaye comprend le mur d'enceinte, la porterie, des restes du palais abbatial, le pigeonnier et l'ancien moulin.

abbaye sistercienne de la creteDeuxième fille de Morimond, l'abbaye de La Crête fut fondée par le comte de Clefmont, au milieu des bois, dans la vallée du Rognon. St Bernard fait mention de l'abbaye de La Crête dans sa lettre 346, et le pape Innocent III écrivit à son abbé contre certains hommes téméraires qui en ville de Metz, travaillaient à une traduction de la bible en langue vulgaire. Elle prospéra rapidement et fonda quatre filiales : Saint-Benoît-en-Voivre, au diocèse de Metz, en 1132, Vaux-en-Ornois, au diocèse de Toul, en 1133, Feuillant au diocèse de Toulouse, en 1169, (qui devait se détacher de l'ordre de Citeaux pour constituer une congrégation à part) et Matallana, au diocèse de Palencia, en Espagne en 1174.


La seigneurie de Clefmont, désireuse d'avoir elle aussi son couvent, lui avait offert le site d'une de ses vastes forêts, en bordure de la rivière. Parmi les bienfaiteurs de l'abbaye, il faut conter aussi l'évêque de Langres, Guillenc d'Aigremont en 1135, et Milon seigneur de Chaumont en 1180, puis dans la suite plusieurs autre évêques de Langres, et les seigneurs de Vignory, de Reynel, de Joinville, de Nogent et d'Ecot.

La Crête, dont la fortune fut gênée par l'installation de l'abbaye de Septfontaines, participa à la mise en valeur du centre des plateaux haut-marnais et son rôle ne fut pas négligeable. En 1224, elle demanda, sans se soucier de la règle sistercienne, au comte de Champagne, de répeter l'acte d'association qu'il avait signer avec Septfontaines et de fonder un village sur le même pied que Blancheville et Rochefort. En effet, La Crête possédait un hameau qui touchait à Blancheville, dont le nom de Vawre ne signifiait pas une particulière richesse. Ce fut la naissance de Villeneuve-en-Vawre, devenu plus tard Chantraines, la soeur jumelle de Blancheville. Les droits du nouveau village étaient partagés entre les deux fondateurs.

abbaye sistercienne de la crete Les religieux de La Crête poursuivirent l'élan donné par le comte de Champagne et installèrent au portes même de leur monastère une petite usine en même temps qu'une autre au village de Bourdons, plus haut dans la vallée, créant ainsi, le long du Rognon une nouvelle traînée de vie. De la foret de Mathons, près de Joinville arrivait le fer : il était forgé le long de la vallée du rognon à proximité de l'abbaye et à Bourdons.

La maison gérait aussi, à Wassy, une forge que lui avait cédée le comte de Champagne, Henri I ier, dans le troisième quart du XII è siècle.
L'abbaye de La Crête, toujours braquée sur sa voisine Septfontaines, en perpétuel conflit avec elle sur la propriété de quelques fontaines que les gardiens de troupeaux se disputaient, surveillait et jalousait les fondations de granges faites par les autres abbayes. En 1181, il intervint un accord entre les abbés de La Crête et de Septfontaines, relativement à la garde des troupeaux des deux abbayes dans les bois et les montagnes de Morteau. Des limites furent tracées, et les frêres convers qui auraient laissés les troupeaux passer outre, devaient venir nu-pieds avouer leur faute devant la porte de l'abbaye lésée, et passer un jour au pain et à l'eau, après quoi ils s'en retournaient à leur propre abbaye. De semblables conventions furent conclues à peu près en même temps entre Morimond et La Crête, entre Auberive et Longuay, etc...

La Crête avait pour armes :
"D'or à un mont (ou à une montagne) de sinople surmontée d'une croisette de gueules."
Il existe aussi :
"D'or à une croix de gueules."
Une troisième version, peinte dans une galerie de l'ancienne abbaye de Septfontaines, se décrit ainsi :
"De gueule au coq d'or, crété, becqué et membré même".

Retour